Les plantes : le gui

gui-clairemedium

Les pierres, les anges gardiens ont un pouvoir sur nous. Mais il faut savoir que les plantes et les herbes en ont aussi. Nous allons vous faire découvrir les bienfaits des plantes ainsi que ses recettes.  Découvrons ce que le laurier peut vous apporter dans votre quotidien.

Élément : Feu/Air/Eau

Astrologie : Bélier

Planète : Soleil

Plante :

Le Gui est un sous-arbrisseau, épithyte et hémiparasite, de la famille des Loranthacées. Il est originaire des régions tempérées d’Europe. D’autres espèces existent, y compris en Australie, dont certaines parasitent les racines d’arbres. C’est en Europe une plante traditionnelle, qui avec le houx, sert d’ornementation pour les fêtes de Noël et de fin d’année. Les francophones l’appellent aussi Bois de Sainte Croix, Glu, Verquet, Blondeau, Gu, Vert de Pommier, Bouchon.

Son utilisation à travers le temps : 

Les Grecs associaient le gui à Hermès, grand messager de l’Olympe.

Du temps des Gaulois, les druides allaient en forêt pour couper le gui sacré, le sixième jour de l’année celtique. Ils coupaient le gui en s’exclamant : « O Ghel an Heu » ce qui signifie littéralement « Que le blé germe ». Cette expression sera modernisée au Moyen Âge dans « Au gui l’an neuf ». En Bretagne, au XIXème siècle encore, les enfants allaient frapper aux portes des maisons bourgeoises en criant le « blé germe » et ils recevaient des étrennes.

Les druides considéraient cette plante comme sacrée en raison des vertus médicinales, ou même miraculeuses, qu’ils lui attribuaient. Le gui était un talisman qui chassait les mauvais esprits, purifiait les âmes, guérissait les corps, neutralisait les poisons, assurait la fécondité des troupeaux, permettait même de voir les fantômes et de les faire parler. C’était le gui cueilli sur le chêne (chose rare) qui était recherché. Le chêne était l’arbre du soleil qui symbolisait la force et la puissance. Le gui était l’arbuste de la lune.

Un des plus célèbres mythes de la mythologie nordique implique le gui. D’après l’Edda de Snorri, le dieu Baldr, fils d’Odin, est rendu invincible par sa mère Frigg qui a fait jurer à toutes choses, plantes, pierres et êtres vivants, de ne pas faire du mal à son fils. Cependant le dieu malin Loki lui fait avouer qu’elle n’a pas fait jurer à une pousse de gui, tellement elle lui paraissait inoffensive. Alors Loki, jaloux de la popularité de Baldr, taille le gui et incite traîtreusement le dieu Höd de le lancer vers Baldr, ce qui le tue tragiquement.

Santé : 

Le gui est un excellent remède pour fortifier le métabolisme. Il détient le pouvoir de stabiliser le système hormonal. C’est un excellent remède contre le diabète, l’artériosclérose. Il soigne aussi bien l’hypertension que hypotension. Il serait également efficace contre le bourdonnement d’oreille, les vertiges, les maladies du cœur et de la circulation du sang.

Vaso-dilatateur notoire, diurétique et antispasmodique, le gui serait aussi la plante anti-cancer. Devenu célèbre contre l’épilepsie, astringent et vomitif, le gui n’en est pas moins de nature Solaire.

Comment l’utiliser :

Développe les facultés subtiles, chance, protection, guérison. le gui était la plante sacrée des druides, et un rituel magique précédait toujours sa cueillette. On dit qu’il possède des propriétés aphrodisiaques, qu’on le consomme en infusion ou qu’on le porte en talisman.

Jus frais de gui : laver les feuilles et les tiges fraîches et les presser dans la centrifugeuse à l’état encore humide.

Préparation de la pommade de Maria Trében : mélangez à froid les baies fraîches et blanches du gui avec du saindoux pour en faire une pommade en usage externe contre les crevasses de la peau.

Commentaires

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien