Khassan Baiev: un chirurgien salué comme un héros en Tchétchénie

Khassan Une

En Tchétchénie, de nombreux enfants sont atteints de malformations congénitales au visage. Le chirurgien Khassan Baiev répare et redonne le sourire à ces enfants victimes d’une terre polluée et meurtrie.

 

La Tchétchénie porte un lourd passé.

Cette république a connu une première guerre de 1994 à 1996. Lancé par Moscou, qui voulait reprendre le contrôle de cette terre ayant proclamé son indépendance en 1991, ce conflit a engendré d’énormes pertes humaines et matérielles.

La seconde guerre de 1999 à 2009, a eu pour fil d’Ariane la lutte contre les djihadistes qui souhaitaient instaurer un califat dans cette région centrale. La terreur et la violence ont marqué ces années noires.

Aujourd’hui terre de désolation, la Tchétchénie a retrouvé un semblant de paix, mais est encore polluée par les métaux lourds laissés par les bombes et les missiles.

Est-ce la raison pour laquelle tant d’enfants sont aujourd’hui atteints de malformations congénitales ?

Nul ne peut le certifier à 100 %, mais force est de constater que ces cas sont malheureusement trop nombreux par rapport à d’autres pays du monde.

 

Opération « Smile » 

Un médecin, qui a sauvé des milliers de vies lors de ces deux conflits, a été contraint de s’exiler aux États-Unis à la suite de menaces de mort.

Pour l’histoire, les services secrets russes l’ont déclaré complice des terroristes tandis que ces derniers l’ont eux aussi condamné à mort, car il le voyait comme un ennemi.

cov livre kasshan

Ces accusations contradictoires viennent du fait que, lors des conflits, ce docteur soignait tout le monde. Il a ainsi sauvé des Russes et des terroristes notoires. Lui ne voyait que des hommes et seulement des hommes. Vous vous doutez bien que sa situation n’était pas confortable, c’est le moins que l’on puisse dire. Partir loin était sa seule option pour pouvoir rester en vie.

Khassan 2

Cet homme, c’est Khassan Baiev. Il est aujourd’hui un héros national.

Spécialiste de chirurgie maxillo-faciale, cet expert est revenu dans son pays en 2007. Son cœur n’a cessé de battre au rythme de la terre de ses ancêtres. Il s’est engagé au sein d’une organisation américaine à but non lucratif, soutenue par des vedettes de Hollywood.

Cette structure effectuait un travail remarquable : grâce à elle, des médecins partaient soigner et opérer des enfants atteints de malformations labio-palatines aux quatre coins du monde. Le chirurgien a eu un vrai coup de cœur pour cette organisation.

 

De retour sur ses terres pour insuffler de la vie

Khassan Baiev a aussitôt eu l’idée de faire venir l’organisation en Tchétchénie. Ainsi est née l’opération « Smile ». Depuis, chaque année, le docteur Baiev revient pour quelques mois en Tchétchénie.

Khassan 3

Il met toute son énergie pour reconstruire gratuitement le visage de tous ces petits Tchétchènes, défigurés par cette malformation qui est loin d’être anodine. En effet, une malformation labio-palatine (surnommée aussi « gueule de loup »)  se traduit par une large ouverture du visage au niveau de la lèvre supérieure.

L’absence de palais a des conséquences graves : l’enfant ne peut ni se nourrir normalement ni parler correctement et est atteint de problèmes respiratoires importants.

Khassan Baiev, grâce à son savoir et à son talent, reconstitue et recoud la muqueuse, puis il restaure les muscles. « Un travail d’orfèvre », comme disent ses confrères et ses patients. Il ne s’arrête cependant pas là. Il soigne aussi les tumeurs congénitales bénignes et les fusions congénitales des doigts.

Pour l’anecdote, Docteur Baiev est le reste du temps, chirurgien esthétique. Parmi ses clients : de riches individus qui souhaitent ralentir les ravages du temps. Ce travail, qu’il exerce là, aussi avec minutie, lui permet ainsi de s’occuper à titre gracieux, des enfants tchétchènes.

L’homme que l’on voulait abattre il y a encore quelques années, est devenu un symbole.

Pour aller plus loin, le docteur Hassan Baiev a publié le livre Le serment tchétchène aux éditions J.C Lattès.

 

Voici une interview donnée par le docteur Khassan Baiev à Radio Hala, en Jordanie, le 25 janvier 2012 :

Commentaires

Autres articles qui vous intéressent

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien