« Karine après la vie » : un témoignage bouleversant sur la vie après la mort

karine-apres-la-vie une

Le romancier Didier van Cauwelaert, qui a été le témoin d’expériences de Transcommunication Instrumentale, a co-écrit en 2002, le livre « Karine Après la vie ».

Une histoire vraie qui a touché des milliers de lecteurs.

 

Didier van Cauwelaert est un romancier français qui aime se brancher sur le courant du paranormal.

Son œuvre est parsemée d’histoires de revenants et de plongées dans le monde invisible.

Hasard ou coïncidence, celui qui aime tant lever le voile sur d’autres réalités, s’est retrouvé témoin d’une communication surprenante entre une jeune fille, Karine, décédée tragiquement à l’âge de 21 ans, lors d’un accident de voiture, et ses parents Maryvonne et Yvon Dray.

À la fin des années 90, le romancier était au Mexique pour travailler sur son roman « L’apparition », dédiée à la Vierge de Guadalupe.

Didier van Cauwelaert

Didier van Cauwelaert

Il a entendu parler, à travers les médias, de Maryvonne et d’Yvon Dray, qui communiquaient avec leur fille unique défunte, par le biais de la Transcommunication Instrumentale (TCI).

Une vie de famille sans histoire, jusqu’au jour…

Maryvonne et Yvon Dray n’étaient en rien des personnes illuminées. Bien au contraire !

 

Maryvonne Dray

Maryvonne Dray

Cartésiens, ancrés dans la vie (Yvon Dray était directeur des formations pour la société Alcatel) au Mexique, ils nourrissaient beaucoup d’espoir pour leur fille unique Karine.

Brillante étudiante en école de commerce, celle-ci était réputée  pour être un feu de joie.

Malheureusement, alors qu’elle s’apprêtait à partir en vacances, Karine a perdu la vie brutalement sur une route mexicaine.

Le monde s’est écroulé.

Yvon Dray

Yvon Dray

Au fil des semaines, des messages, des présences irréelles ont marqué le quotidien de Maryvonne et d’Yvon Dray. Sceptiques mais interpellés, ils ont cherché à comprendre pourquoi ils ressentaient autant la présence de leur fille alors que celle- ci avait quitté leur monde.

Recherches et expérimentations

Ils ont lu des centaines de livres sur la vie après la mort, ils ont rencontré le Père Brune, Monique Simonnet et bien d’autres personnes qui avaient le regard ouvert sur la question de la vie après la mort.

Ils ont ensuite tenté l’expérience de l’écriture automatique, avec succès. Tous les messages reçus débordaient de joie et d’amour.

L’aventure a continué de plus belle.

Du magnétophone à l’ordinateur, en passant par la matérialisation de Karine à travers des mediums mexicains, et ce en présence de dizaines de témoins…Karine a utilisé tous les vecteurs possibles pour entrer en contact avec ses parents adorés.

Les pionniers de la TCI

La couple Dray a créé une association au Mexique afin de faire connaître la Transcommunication Instrumentale (TCI) au plus grand nombre. Guidés par leur fille Karine, Maryvonne et Yvon ont multiplié les conférences et les stages à travers toute l’Amérique latine, puis aux États-Unis et en Europe.

 

stage tci

 

 

C’est à ce moment- là que Didier Van Cauwelaert est entré dans leur vie, sans faire de bruit.

Il a été le témoin de phénomènes paranormaux saisissants (comme la matérialisation de Karine lors de séances spirites) durant deux années.

Convaincu par ce qu’il avait vu, entendu et ressenti (il raconte d’ailleurs qu’il avait tissé un lien très fort avec Karine car elle s’adressait souvent à lui directement), le romancier a décidé d’écrire la première partie d’un livre qui a fait grand bruit : « Karine après la vie ».

La seconde partie a été rédigée par Maryvonne et Yvon Dray. Ils ont raconté leur vie, entre douleurs et renaissance, avec pudeur et sincérité.

Une histoire personnelle qui a une portée universelle…

Extrait du livre « Karine après la vie » :

« L’histoire vraie que vous allez lire est la plus étrange qui puisse arriver à un romancier, comme si la réalité avait décidé de l’inviter dans ce que d’habitude il invente.

Karine a vingt et un ans. C’est une jeune fille d’aujourd’hui qui vient d’obtenir son diplôme de commerce et s’apprête à partir en vacances avant d’entrer dans la vie active. Un accident de voiture en décide autrement.

Ses parents, qui pensent que tout s’arrête après la mort physique, sont brisés par le drame. Jusqu’au jour où ils commencent à recevoir des messages…

Du magnétophone à l’ordinateur, de l’écriture automatique à la matérialisation de son image devant des dizaines de témoins, Karine Dray semble utiliser tous les moyens à sa portée pour continuer de faire entendre sa voix, avec l’énergie, le rire et les impatiences qui émanaient d’elle sur terre. Mais quel but poursuit-elle ? Dans quel voyage veut-elle entraîner les vivants ? Et pourquoi a-t-elle lié avec moi une amitié posthume ?

Cette histoire ne prétend rien prouver. Mais, qu’on soit ou non sceptique comme je l’étais, elle invite à s’interroger de manière très troublante sur la survie de l’esprit, la puissance des hallucinations collectives, ou l’incroyable pouvoir du cerveau humain qui serait capable de créer à distance, par la force de l’amour, des sons, des images et de la matière ». Didier van Cauwelaert

Association Karine après la vie : http://www.karine-tci.com

Commentaires

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien