Sélectionner une page

Après le discours de Kennedy du 12 septembre 1962, le président américain affiche sa volonté d’envoyer une mission habitée sur la lune “avant la fin de la décennie”, selon ses propres mots. Cette entreprise délicate est confiée à la National Aéronautics and Space Administration (N.A.S.A), une agence civile créée en 1958. Le but premier est de surclasser définitivement les Russes dans la course à l’espace et en deuxième lieu, d’établir une expérience scientifique de grande ampleur.

[pay text=”Acheter cet article pour 0.20€” email=”davthuillier3@gmail.com” price=”0.20″ lang=”FR”]

Les programmes Mercury et Gemini, préludes aux missions lunaires

Le tout premier programme de la N.A.S.A., “Mercury” (1958-1963), est crée dans le but de mettre un astronaute américain en orbite terrestre et également d’élaborer un procédé de récupération du vaisseau et de son équipage.

téléchargement (6)

l’astronaute Alan Shepard

Le 5 mai 1961, c’est chose faite avec Alan Shepard (1923-1998) à bord de la capsule Freedom 7. L’astronaute est également devenu célèbre en 1971 en étant officiellement le 5e homme à marcher sur la lune et en jouant au golf sur l’astre.

Cinq autres missions similaires suivront et aboutiront toutes à des succès. Les Américains rattrapent ainsi petit à petit leurs homologues soviétiques.

Dans le cadre du programme Gemini entre 1963 et 1966, dix missions permettent aux Américains de mettre au point les techniques de pilotage des vols habités. Elles leur permettent notamment d’effectuer certaines manœuvres, en particulier des sorties extravéhiculaires et des “rendez-vous orbitaux”, toutes essentielles pour la suite des événements.

Le programme Apollo de la N.A.S.A.

Le 25 mai 1961 naît le fameux programme Apollo. Le président Kennedy avait déjà exposé aux scientifiques son désir de voir des astronautes aller sur la lune et revenir sur Terre, avant son discours officiel de 1962.

Plusieurs missions habitées et non habitées se sont échelonnées entre cette date et le 20 juillet 1969, jour des premiers pas sur la Lune. Ces vols permettent de peaufiner les préparatifs de l’expédition cruciale.

Apollo_15_launch

Une fusée Saturn V au décollage (Apollo 15)

Wernher Von Braun , l’ancien nazi, est le responsable de ce programme. Il a déjà d’ailleurs apporté son aide aux précédentes missions Mercury et Gemini. Grâce à ses connaissances particulières de conception des fusées V2 allemandes et des missiles balistiques américains, il développe la fusée géante Saturn V qui permet aux astronautes américains de réaliser l’exploit tant attendu.

Apollo 11 et le 20 juillet 1969

C’est le 16 juillet 1969 à 9h32 que l’énorme fusée Saturn V de 3100 tonnes décolle du pas de tir de Cap Kennedy. À son sommet, on retrouve Apollo 11 et l’équipage constitué des astronautes Neil Armstrong (1930-2012), Edwin “Buzz” Aldrin (né en 1930) et Michael Collins (né en 1930).

Le 19 juillet, la mission se satellise sans grand incident. Après des vérifications techniques, le module lunaire se sépare du module de commande. Armstrong et Aldrin se dirigent vers la lune tandis que Collins reste en orbite.

L’aigle” (surnom du module lunaire) se pose dans la mer de la Tranquillitéà 7 km du site prévu, le 20 juillet à 15h17. Ce point stratégique a été choisi selon certaines particularités essentielles :

– Le site se trouve sur la surface “visible” de la lune pour ne pas gêner les transmissions radios avec la Terre ;
– Le sol est relativement plat ;
– L’éclairage du soleil permet les manœuvres de la mission ;
– L’endroit permet à “L’aigle” de repartir plus facilement ensuite vers le module de commande où attend Collins.

Après plusieurs heures à vérifier les instruments et leurs combinaisons, Neil Armstrong est finalement le premier des deux astronautes à descendre du véhicule et donc le premier homme à marcher sur la lune le 20 juillet à 21h56, en prononçant la célèbre phrase : “C’est un petit pas pour l’Homme, un bond de géant pour l’Humanité” devant près de 500 millions de téléspectateurs. Cette phrase n’est en fait pas d’Armstrong et avait été prévue bien avant pour l’événement. Quinze minutes plus tard, Aldrin le rejoind.

téléchargement (7)

Le module lunaire au sol (L.E.M.) “l’Aigle”

Ensemble, ils accomplissent plusieurs choses:

– Ils posent une plaque commémorative ;
– Plantent le fameux drapeau américain ;
– Collectent 21,7 kg de roches
– Déploient des instruments scientifiques (un sismomètre, un réflecteur laser devant mesurer précisément la distance Terre-Lune, un détecteur de rayons cosmiques ainsi qu’un collecteur de particules solaires).

Lea astronautes ont également un entretien téléphonique avec le président Richard Nixon. Après être restés 21h36 sur la lune (dont 2h31min en sortie extravéhiculaire), Armstrong et Aldrin redécollent de l’astre le 21 juillet à 17h54 et entament leur périple de retour.

La capsule amerrit enfin le 24 juillet à 16H51 dans l’océan Pacifique, tout proche du site prévu à cet effet. Les trois astronautes sont ensuite placés en quarantaine, durant 3 semaines, pour éviter d’éventuelles contaminations sur terre. Les Américains ont gagné leur incroyable pari devant le monde entier et remportent la course de la conquête spatiale devant les Russes.

Premières considérations et questions sur l’événement

– Pendant des années, les programmes spatiaux n’ont pas été couronnés de succès, même pour l’envoi de simples sondes d’observation, à part quelques cas sur la fin. Voici donc qu’une mission risquée comme un voyage vers la lune, avec la sortie d’astronautes sur le satellite, et le retour sur terre est parfaitement réussie.

– Le programme Apollo ne rencontre aucun échec à partir du moment où Wernher Von Braun en est le responsable. Il a d’ailleurs également travaillé sur les programmes Mercury et Gemini, qui ont eux aussi abouti. Pourquoi? Une possible explication sera proposée dans la 4e et dernière partie de ce dossier.

– Il y a eu cinq autres missions lunaires avec équipages au sol jusqu’en 1972. Il faut donc aussi s’intéresser à ces autres expéditions et pas seulement à celle du 20 juillet 1969, même si c’est la première, pour tenter de vérifier si les Américains sont bien allés sur le satellite.

– Qu’a pu devenir la vidéo originale du premier alunissage sachant que les Américains ont déclaré l’avoir “perdue” ?

téléchargement (8)

Une roche lunaire. Près de 400 kg, soit l’ensemble de ce qui a été récolté, auraient disparu !

-Dans le même ordre d’idée, où sont passés les près de 400 kg de roches lunaires rapportées lors des différentes missions ?

-Officiellement, les premiers astronautes à s’être posés ont installé des instruments scientifiques. Notamment un réflecteur laser qui doit mesurer la distance variable Terre-Lune. Des scientifiques au sol peuvent-ils confirmer la présence de cet instrument ? Ce serait la preuve de la réalité de la première visite lunaire.

-Pourquoi n’y a-t-il pas eu de nouvelles expéditions lunaires depuis 1972?

Voici seulement quelques questions qui méritent d’être posées. Dans le troisième article de ce dossier, nous étudierons la théorie du canular. D’après ce que nous savons et ce qui nous a été dit par un scientifique bien placé ayant travaillé pour le programme Apollo, les Américains auraient bien été sur la Lune, mais l’explication officielle ne serait pas juste et nous verrons pourquoi.

Dans le prochain article, nous exposerons aussi la “théorie du complot” sur ce sujet, car elle pose également certaines bonnes questions.

Documentaire “Apollo 11, l’aventure en direct”: théorie officielle

Décollage d’Apollo 11:

[/pay]

Partager cet article