Film : Sept ans au Tibet

Brad Pitt et Jamyang Wangchuck

Que peut-il y avoir de commun entre le guide spirituel bouddhiste de tout un peuple et un athlète adhérent du parti nazi, promouvant la supériorité d’une idéologie fasciste ? Rien me diriez-vous ? Vous auriez raison ! C’est sur cette rencontre totalement improbable que repose l’histoire de ce film.

 

Titre original : Seven Years in Tibet

Réalisation : Jean-Jacques Annaud

Année de production : 1997

Budget : 70 000 000 $ environ

Récompenses : 3

-meilleur film étranger (Guild of German Art Houses Cinemas)

-prix pour la Paix (Political Film Society)

-meilleur acteur international décerné à Brad Pitt (Rembrandts Awards)

Acteurs principaux : Brad Pitt (Heinrich Harrer), David Thewlis (Peter Aufschnaiter), Jamyang  Wangchuck (le jeune Dalaï Lama)


L’histoire :

Heinrich Harrer, un alpiniste autrichien missionné par les nazis, part à la conquête de l’Himalaya afin de déposer sur un des sommets de la montagne, un drapeau à croix gammée illustrant la supériorité du troisième Reich sur le reste du monde.

Au cours de l’été 1939, la guerre éclate en Europe. Harrer est fait prisonnier par les Anglais chargés du contrôle de la frontière indienne et aussitôt interné dans un camp, duquel il s’évade peu de temps après…

Harrer poursuit son chemin à travers le Tibet et arrive enfin à Lhassa où réside le Dalaï-Lama. Doucement, il se fait accepter par les autochtones et le jeune chef spirituel.


Mon avis sur ce film :

Heinrich Harrer, cet homme, arrogant, imbu de lui-même, complètement égoïste et en même temps immature au point de fuir la naissance à venir de son propre enfant, se retrouve simultanément face à deux logiques opposées : celle de la guerre qui animait le monde à cette époque jusqu’aux portes même du Tibet et celle d’un peuple remarquable à la douceur omniprésente, refusant de tuer jusqu’au moindre insecte et à la loyauté et l’amour inébranlables.

Ce film nous interroge sur la capacité de l’homme à évoluer radicalement face à une quête rédemptrice, mélange de longues marches en montagne et de discussions quasi philosophiques.

L’histoire tire un peu en longueur à certains moments tout en proposant, toutefois, quelques traits d’humour. Il n’en restera pas moins qu’il ne sera en aucun cas destiné aux amateurs de films d’action.

L’on peut quand même profiter de ce film pour (re)découvrir un peuple tibétain tellement attachant et pourtant toujours opprimé.

Outre le fait de pouvoir nous faire découvrir des paysages à la beauté fascinante et d’une majesté captivante (surtout tourné en Argentine !), l’histoire à l’air trop belle pour être vraie, invraisemblable, cousue de fil blanc… excepté qu’elle est réelle, tirée de la propre autobiographie de Heinrich Harrer.

Cette histoire fait apparaître également une personnalité fascinante presque hors du temps et pourtant toujours bien vivante et actuelle : le guide spirituel tibétain, le Dalai Lama, encore en fonction de nos jours. Rien que pour ça, ce film en vaut la chandelle !

H. Harrer en compagnie du Dalaï Lama

H. Harrer en compagnie du Dalaï Lama


 

 Les secrets de tournage :

Tiré d’un récit autobiographique

Le film est une adaptation du récit autobiographique “Sept ans d’aventures au Tibet” de Heinrich Harrer qui raconte son expédition.

Récit autobiographique de H. Harrer "Sept ans d'aventures au Tibet"

Récit autobiographique de H. Harrer “Sept ans d’aventures au Tibet”

Polémiques  

Le film n’a pas plu en Chine (image trop dégradante des autorités chinoises). De ce fait, Brad Pitt et David Thewlis n’ont plus la permission de venir sur le territoire chinois.

Le sombre passé de Heinrich Harrer en tant que membre de la jeunesse hitlérienne est occulté dans le film contrairement au livre.

Entraînement physique

Plusieurs mois avant le tournage, Brad Pitt a suivi un entraînement intensif d’escalade afin de bien incarner le personnage d’Heinrich Harrer. Il n’a pas eu besoin de faire appel à des doublures pour les cascades.

 Distribution des rôles

La bataille pour l’obtention du rôle de Heinrich Harrer fût rude. En effet, plusieurs acteurs tels que Ralph Fiennes, Daniel Day-Lewis, Richard Gere et Brad Pitt ont été mis en concurrence. Ce dernier décrocha le rôle principal grâce à son charisme.

L’actrice Jetsun Pema incarne la mère du Dalaï Lama dans le film, alors qu’en réalité, elle est la soeur cadette de l’actuel Dalaï Lama.


Bande annonce 

Commentaires

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien