L’arnaque du système bancaire mondial

téléchargement (1)

Nous allons retracer dans les grandes lignes l’escroquerie du système bancaire. Tout un chacun devrait connaître les tenants et aboutissants de cet organisme appelé “banque”, car c’est l’un des principaux leviers de contrôle de la Civilisation Humaine.

Histoire de la naissance des premières banques

Nous arrivons dans ce monde et l’une des premières données “matérielles” principales qui nous est montrée est l’argent.

Très tôt dans les sociétés occidentales la plupart des individus se voient dotés d’un compte bancaire, d’un livret d’épargne par leur famille, cela avant même d’avoir prononcé un mot.

Vous noterez que les écoles ne dispensent pas de cours pour apprendre ce qu’est “l’argent”, ni le rôle réel joué par une banque. Mais c’est somme toute logique, car si les gens savaient vraiment ce que tout cela signifie et implique, il y aurait un soulèvement du peuple sur le champ.

Alors à défaut, nous pensons que c’est un système d’échange ingénieux permettant d’acquérir des “valeurs matérielles” et des services. Si c’était effectivement cela, ce serait bien, mais ce n’est hélas pas le cas. Voici quelques idées reçues que croient la plupart des personnes :

- les nations sont souveraines dans la création de leur monnaie

- le prêt à intérêt est somme toute logique, puisqu’il nous permet d’avoir à disposition plus de moyens financiers que l’on avait normalement à la base

- les banques détiennent dans leurs coffres la totalité des sommes des déposants

En fait les origines de la “banque” remontent d’aussi loin que l’Antiquité. Les premières traces d’activités bancaires que nous ayons se situent à environ 3000 avant J.C. en Mésopotamie. A Ur, les prêtresses et les prêtres du Temple de la ville jouaient le rôle de banquiers (dépôts et prêts aux marchands, ainsi qu’au souverain). A cette époque et jusqu’à la fin du Moyen-Age, on utilisait l’or et son poids comme calcul de richesse. C’est ainsi qu’est née “l’Orfèvrerie”.

téléchargement (2)

Stèle d’Hammurabi (1792-1750 av. J-C) où figure la plus ancienne loi de transactions financières connue. Musée du Louvre, Paris

 

 

Les premières pièces de monnaie étaient donc produites à partir du métal précieux et avaient donc une réelle valeur (nous disons cela pour la bonne compréhension, car c’était surtout symbolique de la beauté et du brillant de la matière). Il demeure d’autres raisons qui ont fait que l’or a été choisi, mais nous ne rentrerons pas dans le sujet ici (l’or était considéré comme étant le métal des “Dieux”).

Les peuples Égyptien, phénicien, ainsi que les cités d’Asie Mineure et les villes grecques faisaient de même. Mais c’est surtout à Rome, vers le 6ème siècle avant J.C., que va commencer vraiment à s’établir le système de “chèques” et on peut dire les premiers “services bancaires“.

D’ailleurs les termes de l’époque résonnent avec ceux d’aujourd’hui: les “Argentarii” sont ceux qui sont alors les financiers, tandis que les “Monetarii” frappent les pièces. C’est ainsi que va naître le 1er système bancaire à l’échelle internationale, surtout avec justement la création du “crédit”.

Au 12 ème siècle avec les Croisades, des marchands de céréales venus de Germanie, les Lombards, se rassemblent par “guildes”. Une guilde est une association regroupant des personnes exerçant une activité commune. Celles-ci émigrent en Italie. Elles deviennent vraiment les banquiers dont tout le système à l’heure actuelle découle: le prêt est facturé avec interêt et celà grâce à des jeux juridiques plus que douteux.

Enfin, le terme “Banca” arrivera par la suite au 15ème siècle. Celui-ci vient du mot “banc”, car les personnes s’asseyaient avec les responsables des établissements financiers afin de négocier leurs fameux prêts.

Qu’est donc vraiment un “prêt avec intérêt”?

Aujourd’hui, la famille qui contrôle le système mondial financier est la famille Rothschild (ce nom revient souvent dans nos articles…)

Un crédit est la faculté allouée par ce système venu du Moyen-Age comme nous venons de le voir, et consistant en fait à prêter à des tiers jusqu’à 10 fois (SIC) ce que la Banque possède en réalité. Ceci grâce à ce que l’on appelle des “prêts à réserves fractionnaires”.

Un exemple : lorsque l’on va demander un prêt, nous devons fournir des garanties (salaire sur la durée, maison, voiture, etc…). Après vérifications, le conseiller décide de nous accorder la somme négociée. Bien. Il inscrit sur le compte la somme en question, tout en y ajoutant les intérêts. Et c’est bien ici, qu’il y a une partie du problème: en effet, le conseiller n’a fait qu’inscrire des chiffres, il ne va pas téléphoner ensuite pour demander à ce que des billets supplémentaires soient fabriqués. Cette somme n’est que virtuelle…

Voilà pourquoi il y a des délais, que ce soit pour toucher son salaire ou autres, des “plafonds”, pour retirer aux distributeurs (ou aux guichets) car si tout ceci n’est pas fractionné en petites parties, ce système s’écroule. Et en plus un intérêt est demandé sur une somme qui n’existe pas en vérité…

L’arnaque va loin, car des “crises financières” sont arrangées, en retirant des marchés les liquidités disponibles, si bien que les particuliers et les Etats qui empruntent aussi ne peuvent en aucun cas rembourser ces “prêts à intérêts”. Les gens se font donc prendre leurs biens qu’ils avaient mis en hypothèque et il y a de grandes pertes d’emploi (ce qui explique une partie du chômage). Pour les nations, cela donne ce que l’on appelle la “dette nationale“. Par contre, ceux qui ont manigancé la crise en question (comme celle de 2008), ils peuvent alors racheter à bas coût les entreprises ou petites banques en faillite et mieux centraliser leur pouvoir.

images

Billets d’Euros

 

 

Regardons maintenant les exemples en France et dans les états membres de l’Union Européenne

La “Banque de France” a été créée le 18 janvier 1800 sous l’égide de représentants de banques privées avec Napoléon Bonaparte comme 1er actionnaire. Celui ci a confié à cet établissement en 1803 l’exclusivité de l’émission des billets. La “Banque de France” n’appartient donc pas à la République.

Voici une citation de Napoléon sur le sujet à l’époque: “lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit”.

Cependant, la Banque de France émettait tout de même à taux 0 , sans intérêt. Celà jusqu’en 1973, où fut votée la “loi n°73-7 du 3 janvier 1973″ par le président Georges Pompidou et son ministre des finances de l’époque, entre autres, Valéry Giscard d’Estaing. Cette nouvelle loi va désolidariser totalement la Banque de France de l’état, l’obligeant à emprunter sur les marchés avec intérêts.

“la loi 123 du Traité de Lisbonne” ratifiée par les les chefs d’Etat membres de l’Union Européenne entre 2007 et 2009, dont Nicolas Sarkozy, élargit ce procédé à toute la zone Euro.

Etienne Chouard, professeur et spécialiste en économie, dénonce depuis plusieurs années maintenant ce système. Il est en France l’un des contestataires les mieux entendus. Citons également l’ouvrage bien documenté du juriste Pierre-Yves Rougeyron “Enquête sur la loi du 3 janvier 1973″.

Une chose similaire existe aussi aux Etats-Unis avec la “Réserve Fédérale”, créée en 1913. A ce sujet, il y a beaucoup à dire. Vous pouvez vous reporter au livre ” le Complot de la Réserve Fédérale” d’Antony Sutton. C’est sans doute l’une des raisons de l’assassinat de JFK en 1963, pour avoir dénoncé cette “banque” et avoir voulu s’en émanciper.

Chaque zone et chaque état ayant une “Banque Centrale” , tout pays ou son représentant, voulant s’échapper à ce complot financier est la cible de ces malfaiteurs. L’un des 1ers à l’avoir appris à ses dépens est sans nul doute Abraham Lincoln. Car le même système est à l’oeuvre partout.

Ce n’est pas l’argent que nous condamnons ici, c’est le système qui est employé et qui perdure depuis trop longtemps. Un système qui étouffe chaque individu de cette planète, et qu’il faudrait bannir pour le bien de tous.

 

Vidéo sur l’Histoire de la Banque et de l’argent-dette :

 

Vidéo d’un entretien avec Pierre-Yves Rougeyron sur la loi du 3 janvier 1973 :

Commentaires

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien