Approche sur les manipulations psychologiques et sociologiques – 3 ème partie

2000px-Belief_Venn_diagram.svg

Nous allons continuer notre approche sur les manipulations psychologiques et sociologiques, en évoquant ici le “biais de confirmation” qui est le biais cognitif le plus courant chez les personnes.

Ce phénomène, tout le monde le connaît : c’est le fait de “sélectionner” des éléments en faveur d’une chose que l’on tient pour vraie (donc souvent déjà acquise), tout en minimisant ou en interprétant d’autres qui pourraient contredire la croyance en question.

Nous expliquerons comment il est possible de manipuler aisément, grâce à ce processus psychologique.

Le biais de confirmation – ou “biais de confirmation d’hypothèse”

Les êtres humains ont la tendance naturelle de prendre en considération les choses en faveur de leurs croyances, dans le but de les “prouver” mais en fait c’est surtout à eux mêmes qu’ils veulent “se prouver” qu’ils ne se trompent pas, en y regardant bien.

En effet, nous mettrons plus en valeur ce qui va dans le sens de ce que l’on pense, et laisserons de côté par exemple ce qui pourrait y nuire. Ce biais cognitif est terriblement présent, surtout dans nos “modèles” de société axés sur la valorisation de l’égo. Entre autres peurs, il y a bien sûr la peur de se tromper, et celle-ci est en lien direct avec le biais de confirmation.

De nombreuses personnes n’auront pas le souci de remettre en questions leurs propres acquis, et vont passer sous silence ou réinterpréter à leur avantage tout ce qui pourrait démontrer qu’elles ont fait fausse route sur un sujet.

Nickerson Raymond 150x200

Le psychologue Raymond Nickerson a beaucoup écrit sur le biais de confirmation. Source: Fabbs.org

En 1998, le psychologue Raymond Nickerson, concluait son analyse sur ce biais :  Si quelqu’un tentait d’identifier un seul aspect de la problématique du raisonnement humain méritant de l’attention sur tous les autres, le biais de confirmation serait, de tous les candidats possibles, le plus à prendre en considération (…), il semble être suffisamment fort et persuasif pour qu’on puisse se demander si ce biais, en soi, ne pourrait pas compter dans une part importante des disputes, altercations et mésententes survenant entre les individus, les groupes et les nations.”

En effet, car les répercussions du biais de confirmation sont dans certains cas particulières. Admettons que l’on soit en présence d’un ami persuadé de certaines choses, mais que nous ayons toutes les preuves pour lui faire comprendre qu’il se soit trompé. Déjà l’échange risque d’être compliqué, mais en plus parfois même prendre une forme violente. L’une des raisons est que la personne se “sent” attaquée dans sa propre intégrité, car ses certitudes sont profondément enracinées dans son esprit.

Il est également prouvé que votre interlocuteur ne retiendra de votre discours seulement ce qui l’intéresse, et que le cerveau “s’adapte” à la discution, en fonction des croyances.

Dans certaines situations, on peut aussi avoir des gens qui réaliseront leurs erreurs, mais resteront dans le même schéma d’occultation, car l’avouer sera trop dur pour eux.Alors que la logique serait plutôt d’être ravi d’avoir de nouvelles données, nous permettant d’être plus proches de la réalité.

Cela, on le voit dans tous les domaines. Prenons l’exemple de l’archéologie: sans rentrer dans le sujet, nous avons tous les éléments pour au minimum prouver qu’une bonne part de ce que l’on nous a toujours dit est faux, mais beaucoup des tenants de la version officielle feront tout pour ne pas qu’elle soit entravée. Ici, nous ne parlons pas de ceux qui pour diverses raisons mentiraient sciemment (nous en parlerons dans l’article consacré à l’endoctrinement historique), mais bien du mécanisme du biais de confirmation.

 

Comment pourrait-on manipuler à partir du biais de confirmation?

Encore une fois, cela est très simple et c’est une méthode très répandue en politique, croyances religieuses, publicité, etc…

L’un des plus sûrs moyens de manipuler par ce biais cognitif, est d’arriver à faire croire à une personne que ce dont vous voulez qu’elle pense ne vient pas de vous, mais bel et bien d’elle. Ainsi, cette “croyance” ou “idée” deviendra si fortement ancrée dans son esprit, qu’il sera plus que difficile pour une tierce personne de lui faire voir que c’est faux.

Il y a des années, j’ai réussi à faire croire l’impensable à une personne, juste en m’arrangeant pour que ce soit elle qui découvre (qu’elle pense donc que c’était sa propre découverte) quelque chose de totalement faux sur une autre personne.

Au départ c’était une simple blague, mais la personne a fait sienne cette pseudo-découverte, si bien qu’elle voulait à tout prix convaincre les autres. Quand bien même, on lui disait ou montrait des éléments qui invalidaient ce qu’elle pensait. Elle ne voulait rien entendre et cela a continué jusqu’à ce que j’avoue ce qu’il en était.

pinocchio

Source de l’image: blog-psychologue.fr

En 2009, une expérience a été tentée par une Université des Pays-bas et relayée sur le site “New Scientist”:

Dans un premier groupe de personnes, une vidéo a été montrée sur un téléviseur “classique”. Dans un second groupe, la même vidéo a été diffusée sur un téléviseur similaire, mais cette fois en informant au préalable les personnes que le visionnage s’effectuerait en Haute définition.

La croyance de base étant bien entendu que des images en HD soient de bien meilleure qualité.

Questionnées, les personnes du second groupe ont presque toutes dit avoir vu de plus belles images. En fait, il est presque impossible d’avoir une vision correcte de la Haute Définition, car les signaux numériques sont quasiment indécelables par le cerveau humain. D’autres expériences du même genre existent. Imaginez rien que sur cet aspect du “biais de confirmation“, peut être tout ce que l’on voudrait nous faire croire…

Prendre conscience de ce mécanisme psychologique et comprendre que nous avons une tendance naturelle à sélectionner les preuves, permet d’en atténuer les effets. En second lieu, ne plus avoir peur de pouvoir se tromper est essentiel à ce niveau. On ne peut pas éviter toutes les erreurs et avoir raison tout le temps!

Dans la 4ème partie, nous parlerons de l’endoctrinement historique et il y aurait beaucoup à dire.

Documentaire intéressant sur certaines manipulations psychologiques et sociologiques, “Tous manipulés”:

Commentaires

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien